37 Avenue Gustave Rodet - 93250 - VILLEMOMBLE - 09 70 35 48 86

La pratique psychanalitique à Villemomble

Après un premier entretien avec un analyste, il n'est pas rare d'entendre le patient nous dire : « C'est la première fois que je me sens écouté de cette façon là. » comme s'il percevait intuitivement, la spécificité de l'écoute analytique.

Pourquoi entreprendre une cure psychanalytique ?

Les personnes qui consultent un analyste sont souvent en grande souffrance, se traduisant par un malaise généralisé ou des symptômes gênants, qui entravent leur vie et leur épanouissement personnel.

Les demandes d'aide son fréquemment du type :

  • Je me sens limité dans mes possibilités. Professionnellement, je reste cantonné dans un emploi médiocre, je n'arrive pas à m'affirmer en face de mes collègues et sur un plan plus personnel.
  • Je suis gauche, timide, j'ai des difficultés de contact, je parle peu, je crains toujours qu'on me juge ridicule ou tout ce que je vais dire est sans intérêt.
Frank Spotnitz

Parfois aussi :

  • Certaines situations m'inspirent une telle crainte que je les évite, de sorte que bien des occasions de contact social qui seraient à la fois agréables et utiles me sont fermées. Je souffre de quantité d'inhibitions. Je ne suis pas bien dans ma peau et mon efficacité en est entravée. Peut-on arranger ça ?

Bien souvent, les personnes qui consultent ont déjà essayé d'autres approches dites plus rapides et moins angoissantes. En effet, la psychanalyse continue à faire peur, car elle s'approche au plus près des zones du psychisme, teintées d'irrationnel.

La cure psychanalytique a des caractéristiques qui sont définies par deux règles, dites «fondamentales», dans la mesure où elles vont permettre le déploiement du processus analytique.

  • La première règle, du côté du patient est celle de la « libre association » qui consiste à exprimer sans discrimination, toutes les pensées qui viennent à l'esprit, soit à partir d'un élément donné (mot, nombre, image d'un rêve, représentation quelconque), soit de façon spontanée.
  • La seconde règle, du côté de l'analyste est dite de « l'attention flottante et de la neutralité bienveillante ».

L'une comme l'autre de ces règles, ont pour but de faciliter le déroulement des idées, même celles qui pourraient être gênantes ou farfelues, surgissant dans l'esprit du patient. L'analyste s'abstient de donner des conseils, un avis ou de privilégier une théorie ou ses propres convictions en écoutant son patient.

Les mouvements psychiques et émotionnels qui apparaissent sont souvent intenses et nécessitent des modalités constantes, qui par leur rigueur et leur permanence assurent la stabilité nécessaire au déroulement de la cure : c'est le cadre analytique.

Le cadre analytique :

Le cadre analytique est défini clairement lors des premiers entretiens : le nombre de séances, la durée des séances, le paiement des séances manquées, etc...

Le maintien du cadre est essentiel à la bonne poursuite du traitement.

Le nombre de séances peut paraître excessif, mais il faut le penser en terme de sécurité pour le patient ; par exemple, si à un moment il aborde un point douloureux et angoissant, il se sentira d'autant plus contenu et libre de l'aborder, qu'il saura ne pas devoir rester trop longtemps seul avec ce poids.

Une question survient souvent à propos du dispositif : «  Pourquoi un divan » ?

joyce macdougall
melanie klein

Pourquoi un divan ?

Par expérience, il apparaît que la position allongée favorise le retrait perceptif et le libre déploiement des associations, dans un état psychique proche du rêve ou du fantasme. Les souvenirs et les émotions vont pouvoir surgir, avec le moins d'entraves possible. Il faut toutefois savoir que ce n'est pas toujours le cas et que l'analyste peut proposer alors un autre dispositif.

L'autre question est celle du temps : « Combien de temps dure une analyse » ?

Combien de temps dure une analyse ?

En fait, la durée d'une analyse ne peut être définie à l'avance, aucune cure ne ressemble à une autre, et c'est bien cela qui en fait tout le prix, en soulignant que le but de la cure est d'acquérir une liberté intérieure et de devenir plus soi-même.

Lorsque le processus est engagé, «  il va son chemin », pour reprendre l'expression de Freud soutenue par les interprétations et les interventions de l'analyste. Il faut souligner ici que les interprétations ne sont pas tirées d'une grille de décodage, ni données comme des vérités mais qu'elles sont formulées comme des hypothèses, des ouvertures possibles à la recherche d'une découverte intérieure.

L'analyste

L'analyste a un devoir éthique de respecter l'autonomie de son patient, et d'être le garant absolu du secret.

37 Avenue Gustave Rodet - 93250 - VILLEMOMBLE - 09 70 35 48 86